Le Manoir de Paris

Actuellement acteur au sein du "Manoir de Paris". Site internet du Manoir de Paris!   L’épouvante à la française Depuis la rue de Paradis, l’entrée est engageante. Il faut dire que le bâtiment, ancien siège des faïenceries de Choisy-Le-Roi, est classé monument historique. Mais une fois le seuil franchi, accueillis par les trognes défigurées et les hurlements d’Archibald et Camille, les cerbères du Manoir, on n’a plus guère l'esprit à s’extasier sur les superbes carreaux de faïences qui recouvrent les murs de l’entrée. Une petite mise en jambe avant de mettre ses nerfs à plus rude épreuve encore en s’aventurant dans les méandres du Manoir, où tout a été pensé pour s’adapter à la sensibilité française   Ici, point donc de


  •  

.wikipedia.org/wiki/Leatherface" target="_blank">Leatherface , de Cavalier sans tête , de Jack l’éventreur et autres monstruosités du folklore criminel et fantastique anglo-américain mais des spectres, de ténébreuses légendes et des tueurs fous diablement parisiens ! Et les ombres de la perfide Albion ou du Nouveau Monde ne sauraient éclipser celle de la Ville Lumière. Du pâtissier sanguinaire (Sweeney Todd  n’a qu’à bien se tenir) au fantôme de l’Opéra en passant par le crocodile des égouts… c’est toute une fratrie infernale accompagnée de son bestiaire fantasmagorique qui n’attend que le sang frais des visit


  •  

eurs. L’effroi peut donc surgir de chaque recoin du dédale qui, en 23 ambiances et autant de décors comme échappés d’un film de la Hammer, nous plonge au cœur de 13 légendes parisiennes.     D’effrayants résidents Jouant efficacement sur les peurs primaires (noir, claustrophobie…), la véritable originalité du Manoir de Paris reste cependant l’emploi d’acteurs professionnels pour incarner les monstrueux résidents du lieu. Le trouillomètre s’en trouve bien plus affolé que face à de simples automates : l’interactivité – part intégrante du concept d’Adil Houti, créateur de ce musée vivant de l’horreur –  n’en est que plus réelle. Le visiteur est ainsi amené à participer corps et âmes (pour les plus sensibles, rassurez-vous, bien que démoniaques les résidents du manoir sont polis


  •  

et ne touchent pas) au parcours. Il peut le traverser au pas de course si la peur se fait trop pressante ou, au contraire, prendre le temps de l’exploration et se délecter des sueurs froides qui ne manqueront pas de lui rafraîchir l’échine au gré des effrayantes rencontres qu’il fera dans les sombres salles du Manoir. Si les blasés des films d’horreur ou les rationalistes au sang très froid n’y trouveront probablement pas leur compte, les autres (à partir de 12 ans quand même) ne pourront s’empêcher de sursauter, de crier et de sentir leur sang se glacer. La possibilité de faire le parcours entre amis, en famille ou même seul pour les plus enclin à tester leur courage est d’ailleurs un vrai plus !